Histoire

Depuis longtemps, les autorités de la ville autonome de Ceuta aspiraient à l'instauration d'une ligne régulière de transport aérien avec l'Espagne péninsulaire, pour faire face aux difficultés de communication existantes quand les mauvaises conditions maritimes dans le détroit de Gibraltar empêchaient l'utilisation des ferries qui relient Ceuta à Algéciras.

Pour répondre à cette demande, l'État majeur de l'armée concéda, en janvier 1996, une autorisation temporaire pour un usage civil de ses installations. Le succès que cette initiative remporta au sein la population civile de Ceuta et le caractère temporaire de l'autorisation motiva la conduite, en janvier 1998, d'une première étude pour l'établissement d'une installation commerciale permanente ouverte au trafic civil. Ce projet fut, finalement, englobé dans le Plan d'infrastructures de transport 2000-2007 du Ministère des travaux publics, lequel en octroya la construction et l'entretien à Aena. En juillet 2002, celle-ci dut modifier ses statuts pour pouvoir élargir ses compétences aux aérodromes, héliports et autres superficies aptes au transport aérien.

Étant donnée l'impossibilité, pour des raisons orographiques, d'établir un aéroport aux environs de Ceuta, l'héliport se présenta comme la meilleure solution. Pour mener le projet à bien, il était nécessaire de trouver un emplacement approprié, et ce ne fut pas chose facile en raison du manque de terrains dans la ville autonome et de l'importance des zones militaires.

En fin de compte, on opta pour le port de Ceuta. De cette façon, les nouvelles installations se trouveraient aux abords du centre ville, évitant ainsi de longs déplacements aux compagnies opératrices et aux passagers. Jusqu'alors, l'héliport militaire ne disposant pas de zone d'embarquement, les voyageurs devaient se soumettre aux contrôles dans un espace aménagé sur le port à cet effet, puis être transportés en minibus jusqu'aux installations militaires pour embarquer.

Une fois l'emplacement choisi sur les terrains du port de pêche, on considéra la nécessité d'adapter la construction d'un héliport civil à la réglementation de la OACI ; il fut donc indispensable de disposer d'un espace supplémentaire, gagné alors sur les eaux du port.

Suite aux négociations pertinentes avec les autorités portuaires, les travaux de l'héliport débutèrent en l'an 2000 et furent achevés en 2003, bien que, comme défini par le Plan d'infrastructures 2000-2007, les programmes d'amélioration constante se poursuivront jusqu'en 2010 et plus. L'héliport de Ceuta fut officiellement inauguré par le secrétaire d'État aux infrastructures, Benigno Blanco, le 9 janvier 2004.